Archives par étiquette : courtisane

Courtisane Paris, un terme qui pourrait-être galvaudé..

Je courtise, tu courtises… Quoi de plus excitant et exaltant que de courtiser une courtisane sur Paris ? Si vous avez une réponse autre à celle-ci mieux vaut la garder pour vous et vous seul car vous serez très rapidement imité dans le cas contraire !

Il doit être tellement jouissif et voluptueux d’en faire la rencontre… Bien entendu, nous pouvons nommer la personne demeurant à la cour d’un souverain et c’est d’ailleurs, entre autres, l’un des points qui va être ici évoqué. Nous aborderons également le terme « courtisane » en présentant une différenciation bien précise avec le mot « demi-mondaine ». Ainsi, bien que cela ne soit pas toujours vrai, une courtisane est généralement une personne plus « lettrée » que la débauchée coquine, ce qui lui permet bien souvent d’exercer une profession s’inscrivant dans une catégorie socio-professionnelle agréable à vivre au quotidien. Elle peut être artiste telle une chanteuse ou sculpteuse, mais aussi psychologue, philosophe ou encore poétesse. Cette différence de statut lui donne également la possibilité d’entrer bien plus aisément en contact avec des hommes ayant eux-mêmes une place « importante » au sein de la société parisienne. Ces hommes, au passage, peuvent s’avérer être célèbres, comme le sont en grande partie les hommes politiques, d’affaires et autres. Et c’est ici-même que les sujets délicats se dévoilent puisque l’on peut facilement imaginer l’influence d’une courtisane sur l’éthique, pour ne pas dire sur le physique, d’un homme de pouvoir à Paris…

Les mêmes ambitions que partagent la plupart des êtres humains en cette époque sont le pouvoir, la célébrité et l’argent. En ce sens, la courtisane souhaite accéder à tout cet ensemble, laissant ainsi derrière elle la quasi-intégralité de son passé érotique. En quelques mots, elle est en quelque sorte le côté magnifié de la femme ribaude tandis que « l’autre demi-mondaine », s’orientant vers le « peuple », représente quant à elle la face plus ou moins sombre du sujet car sans le sou et avec la grande probabilité de se voir touchée par des maladies d’ordre sexuel. Pour anecdote, aux 18ème et 19ème siècle, certains hommes provenant de la noblesse racontent même avoir éte pillés par des courtisanes. Il était néanmoins très difficile pour elles de s’émanciper au sein d’une société dite machiste et religieuse, d’où toute l’importance qu’il y avait à ne pas « brûler les étapes » en ayant préalablement des relations sexuelles afin de pouvoir ensuite mettre en exergue culture et intelligence.

Au fur et à mesure des années, le terme a fini par être galvaudé, prenant ainsi divers sens conceptuellement parlant, comme nous pouvons à titre d’exemple le constater dans l’oeuvre « Discours de la servitude volontaire ».

Dans le registre de l’art, la courtisane parisienne est très souvent symbolisée au travers de jolies formes et pensées telles une Vénus ou une muse.
courtisane parisiennePhotos du site escort girl internationale
de très grande classe offrant un service GFE.

GFE escort girl

Doux euphémisme ou non, le mot « courtisane » est de nos jours bien souvent en rapport avec l’aspect sexuel et non celui de « maîtresse intéressée » parisienne ou provinciale.

Pour conclure cette note, bien que cela ne soit toujours qu’une information parmi tant d’autres, le courtisan n’a quant à lui aucun rapport avec le sexe. Pouvant être défini également comme « délateur », il est généralement le bras armé d’hommes souvent très haut placés, tout comme il est celui qui représente une partie non négligeable dans la prise de décision de ces derniers.
Voilà pour la petite histoire !